Search
Generic filters
Search in excerpt

Organisation des soins et des services

AMÉLIORER LA SANTÉ DES POPULATIONS PAR L’ACTION INTERSECTORIELLE |
LES ENJEUX DE GOUVERNANCE ET DE RÉORGANISATIONS EN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX

 

Résumé


Le Québec est confronté de nombreuses problématiques sociales hautement complexes : itinérance, vieillissement de la population, décrochage scolaire, insécurité alimentaire, violence conjugale, accueil et intégration des nouveaux arrivants, etc.

Concrètement, la complexité de ces problématiques exige une approche globaliste et une réponse nécessitant l’intervention de différents acteurs associés à différents secteurs de l’action publique (santé, éducation, logement, etc.), de la société (secteur public et communautaire, société civile, secteur privé) et à différents niveaux (national, provincial, régional, municipal, organisationnel et clinique). C’est pourquoi des innovations au niveau de l’offre de services et de leur organisation s’imposent, celles-ci se traduisant par la transformation des pratiques professionnelles et organisationnelles et le développement de pratiques collaboratives. Malheureusement, ces transformations sont loin d’être aisées dans les milieux de la santé, reconnus pour leur inertie. Par conséquent, de plus en plus d’auteurs considèrent que le renouvellement de la gouvernance doit être au cœur de la transformation des systèmes. En effet, les innovations en matière de gouvernance pourraient créer les conditions nécessaires è l’émergence d’innovations de services.

Via notre programmation de recherche, nous proposons de contribuer à :
· Mieux comprendre les mécanismes et processus de gouvernance et leurs retombées en termes de réponse aux besoins complexes des populations;
· Identifier les facteurs favorisants et contraignants ces processus de gouvernance;
· Analyser l’implantation de modèles novateurs et performants en organisation de services;
· Évaluer les retombées pour les populations, les organisations et les territoires ciblés;
· Dégager des pistes de réflexion, proposer des pistes de solution ou des changements qui permettraient une amélioration du bien-être de la population et de l’équité.

Lara Maillet (ÉNAP)
Nassera Touati (ÉNAP)

ÉNAP :Éric Charest, Tatiana Garakani, Marie-Claude Prémont, Lynda Rey, Marie-Christine Therrien, Fanny Tremblay-Racicot

UQAR : Lily Lessard

UQAM : Frederic Gilbert

DÉVELOPPEMENT DE PRATIQUES DE GESTION INNOVANTES EN SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE AU TRAVAIL

 

Résumé


Plus que jamais, les établissements de soins de santé ont besoin d’acteurs en santé, que l’on parle ici des gestionnaires et de l’ensemble du personnel.

Or, selon l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux du Québec (INESSS, 2020), parmi les problèmes touchant la santé des acteurs du réseau de la santé et des services sociaux, ceux de nature psychologique s’imposent de plus en plus en tant que principale cause d’invalidité au travail. Les conséquences découlant de cette situation se traduisent par des coûts importants – non seulement pour le personnel et les gestionnaires eux-mêmes (détresse psychologique et fragilisation de la qualité de vie personnelle, familiale et sociale), mais aussi pour les établissements (baisse de performance, accroissement du roulement du personnel) et la société (fardeau économique lié au taux d’assurance salaire croissant, accessibilité et qualité des services de soins variables).

Considérant ce constat préoccupant, nous comptons développer et consolider une expertise unique dans le secteur de la santé au travail en misant sur une analyse approfondie des dimensions des environnements externes (p.ex., politiques et programmes du Ministère) et interne (organisation et climat de travail, pratiques de gestion) aux établissements de santé et des services sociaux qui influencent les manifestations de la santé et du mieux-être des gestionnaires et des autres membres du personnel et, plus globalement, la performance des établissements. C’est en proposant des pistes d’intervention fondées sur des données probantes, sensibles aux particularités et enjeux stratégiques des établissements, qu’il nous sera possible d’identifier et d’implanter de meilleures pratiques en la matière.

Claude Fernet (UQTR)
Stéphanie Austin (UQTR)

UQTR : Noémie Carbonneau, Philippe Dubreuil, Chloé Fortin-Bergeron, Annick Parent-Lamarche, Liette St-Pierre, Sarah-Geneviève Trépanier

UQAM : Robert J. Vallerand, Nathalie Houlfort, Frédérick Philippe